___________________________________________________________________________________

ÉDITO 2015

Le dernier livre de Bernard Maris est un livre heureux. Il y a un réel plaisir à aller piocher allègrement dans un texte qui a le don de faire sentir combien tout est question de regard, de place, d’attitude. Qu’il est essentiel de savoir d’où l’on parle - même si cela recèle une part de contradiction- de choisir un point de vue puisqu’il faut bien en choisir un. En ce sens, cet écrit croise des problématiques proches de celles qui préoccupent le monde artistique : que représenter ? Et de fait, à quelle fonction répondra cette représentation ? Car elle répondra nécessairement à une fonction, la plus intime soit-elle. Dans quel système s’inscrivent l’œuvre, l’artiste, le film, le spectateur ?
La réponse tient peut-être dans l’expérience sensible à laquelle nous conduisent nos pensées, à incarner ce en quoi nous croyons. Armand Gatti disait lors d’un interview : « Je crois en l’homme. »
Le livre de Bernard Maris finit sur un point d’interrogation. Quelle belle façon d’avoir confiance en son prochain.
Lors de cette 15e édition, Images Contre Nature présentera 81 films répartis en 7 programmes : Espace, Identité, Long, Mouvement, Perception, Sens et Temps, ainsi dénommés afin de mettre en avant le travail formel qui souvent caractérise le cinéma expérimental. Ainsi, peuvent se combiner des œuvres de factures et de sujets différents, certaines se rapprochant du documentaire, d’autres travaillant sur le motif et le symbole. Toutes ont en commun de travailler le langage de l’image.
Le festival ouvrira et clôturera à nouveau sur une carte blanche au collectif 360° et même plus.
Ces deux soirées / rencontres permettront de découvrir trois portraits, trois parcours où s’inscrivent la prison « Brigitte par Brigitte » de Brigitte Sy, le queer « J’trouve pas mon bleu / Portrait de Paulie Toxica », l’émigration « Brûle la mer » de Nathalie Nambot et Maki Berchache et, par dessus tout, la liberté.
La programmation est complétée par l’exposition « Burn Out » de Christine Gabory et de Caroline Beuret, composée suite à un voyage en Amérique Latine où le néo-libéralisme trace de profonds sillons.
Enfin, Denis Cartet et Alain Nicolas revisiteront, avec Magic Mix, les plus grandes musiques de cinéma dans un live Vjing festif et colorée.
HB